« Pour une sociologie audiovisuelle du travail. Un entretien avec Monique Haicault »

réalisé avec Henri Eckert, Images du travail, travail des images, 2021, n°11

Début de l’entretien. Monique Haicault : « Les questions que vous m’avez posées se regroupent autour de trois points. Le premier concerne mon parcours : comment j’en suis arrivée à faire de l’image et comment j’ai inséré cette pratique dans des cours. Le deuxième point renvoie à la méthodologie de l’image, comment je l’entends, personnellement. Le troisième point porte sur le programme d’une sociologie… Je n’aime pas trop ce mot « visuelle », le son compte beaucoup, je pense qu’il faut garder « audiovisuelle », c’est important. »

Continuer la lecture de « « Pour une sociologie audiovisuelle du travail. Un entretien avec Monique Haicault » »

« L’Université française : après la LRU, les fusions, les PIA…, voici venu le temps des EPE »

Revue française de Socio-économie, 2021, n°27, éditorial p. 5-9.

Partant des grandes caractéristiques de l’université française telle qu’elle a été conçue après 1968, cet article pointe les transformations rendues possibles par le nouveau statut d’ « établissement public expérimental » (EPE) qu’un nombre de plus en plus important d’universités adoptent depuis 2019.

Continuer la lecture de « « L’Université française : après la LRU, les fusions, les PIA…, voici venu le temps des EPE » »

“L’université française : mort sur ordonnance ?”

Droit et Société, 2020, n°105, p. 363-379.

Pendant que, tout au long de l’année 2018, les regards se portaient sur la réforme de l’accès à l’enseignement supérieur (Parcoursup), le Gouvernement travaillait à remettre en cause les fondements mêmes du modèle de l’Université française tel qu’il a été mis en place après 1968. Ce travail a abouti le 12 décembre 2018 à l’adoption d’une ordonnance permettant aux universités de devenir des « établissements expérimentaux » qui dérogent au droit qui encadrait jusqu’à présent leur organisation et leur mode de fonctionnement. Cette ordonnance est l’aboutissement d’un long processus qui a détricoté chacune des grandes caractéristiques de l’Université française. Pour comprendre ce qui se joue, il nous faut donc effectuer un retour en arrière : 1968 et les réformes de ces dix dernières années. Cet article est une réactualisation de celui paru dans Savoir/Agir en 2019 (que vous ne trouverez donc pas sur ce blog), intégrant l’analyse de toutes les actualités de l’année 2019.

Continuer la lecture de « “L’université française : mort sur ordonnance ?” »

« Le Higher Education and Research Act 2017 : Acte de décès du service public de l’enseignement supérieur en Angleterre ? »

avec Annie Vinokur, Droit et Société, 2018, n°98, p. 113-138.

L’Angleterre est le premier pays européen à avoir, dans les années 1980, amorcé la conversion de son enseignement supérieur du service public au marché. La dernière loi sur l’enseignement supérieur, le « Higher Education and Research Act » adopté en juin 2017, semble parachever ce processus. Cet article revient sur les spécificités du modèle anglais d’université et sur ses presque quarante années de réformes, soit le processus de déconstruction de l’essentiel de ses caractéristiques de service public. Analysant les contradictions et conflits d’intérêt déjà présents dans la situation actuelle mais amplifiés par la nouvelle loi et l’organisme de régulation qu’elle crée (l’Office for Students), il invite à s’interroger sur la viabilité du modèle.

Continuer la lecture de « « Le Higher Education and Research Act 2017 : Acte de décès du service public de l’enseignement supérieur en Angleterre ? » »

« Stakeholders involvement in the statistical value chain: Bridging the gap between citizens and official statistics »

In Eurostat Outlook Report, Power from Statistics: Data, Information and Knowledge ; Statistics in the Digital Era, 2017.

Continuer la lecture de « « Stakeholders involvement in the statistical value chain: Bridging the gap between citizens and official statistics » »

« Quantification Devices and Political or Social Philosophies. Thoughts Inspired by the French State Accounting Reform »

Historical Social Research, Special Issue « Conventions and Quantification – Transdisciplinary Perspectives on Statistics and Classifications », 2016, vol. 41, n°2, p. 178-195.

Our various studies in the sociology of quantification have convinced us that it is possible to look at social or political philosophies and seemingly technical tools at the same time, considering them as a totality. The works of Alain Desrosières have also demonstrated this. But our recent work on the French State accounting reform has shown that the new accounting system can be used in many different ways, for very different, and even divergent purposes. There seems to be no unequivocal link between a kind of quantification device and a specific social philosophy. This article aims to reconsider the nature and conditions of this link, on the basis of our recent work on state accounting reform.

Continuer la lecture de « « Quantification Devices and Political or Social Philosophies. Thoughts Inspired by the French State Accounting Reform » »

« Comptabilité privée et action publique. Les transformations de l’État et du capitalisme »

Revue française de Socio-économie, Hors série “Sociologie économique et économie critique”, 2d semestre 2015, p. 201-212. Edité à nouveau dans le numéro Hors-série en lutte de 2020, p. 137-148.

À travers l’analyse de l’adoption par l’État d’une comptabilité d’entreprise, cet article dresse un tableau des transformations de l’État français au cours de la dernière décennie. En mettant en évidence de nouveaux circuits économico-financiers, il montre la nécessité de penser ensemble transformations de l’État et transformations du capitalisme.

Continuer la lecture de « « Comptabilité privée et action publique. Les transformations de l’État et du capitalisme » »

« A propos de l’emprise du chiffre »

avec Ève Chiapello, Philippe Lorino et Alain Supiot, Entreprises et Histoire, 2015/2, n°79, p. 174-187.

Ève Chiapello, Corine Eyraud, Philippe Lorino et Alain Supiot se sont retrouvés pour débattre de l’emprise du chiffre dans nos société contemporaines, débat animé par Ève Lamendour et Yannick Lemarchand.

Continuer la lecture de « « A propos de l’emprise du chiffre » »

« Réflexions pour une sociologie de la quantification statistique et comptable »

Entreprises et Histoire, 2015/2, n°79, p. 74-87.

L’objectif de cet article est double. Il s’agira premièrement de montrer en quoi les dispositifs de quantification, qu’ils soient statistiques ou comptables, sont des objets pertinents pour les sciences sociales, et en particulier pour la sociologie. Il s’agira deuxièmement de montrer que l’entrée par ces dispositifs est une voie intéressante et productive pour le chercheur qui souhaite analyser le fonctionnement et les transformations d’un champ ou d’une organisation particuliers. Nous nous appuierons pour ce faire sur deux recherches, la première porte sur un dispositif de quantification comptable : la réforme comptable des entreprises d’État chinoises des années 1990 ; la seconde étudie un dispositif de quantification statistique : la mise en place au début des années 2000 d’indicateurs de performance pour l’enseignement supérieur et la recherche français. Nous tenterons en conclusion de proposer un cadre à la fois analytique et méthodologique pour l’étude de tels dispositifs.

Continuer la lecture de « « Réflexions pour une sociologie de la quantification statistique et comptable » »

« Les enjeux de quantification dans la LOLF. Le cas de l’enseignement supérieur », avec Mustapha El Miri et Patrick Perez, Revue française de Socio-Économie, 1er semestre 2011, n°7, p. 149-170.  Edité à nouveau dans le numéro Hors-série en lutte de 2020, p. 219-240.

Fondé principalement sur une enquête par entretiens auprès des acteurs chargés de l’élaboration de la maquette budgétaire et des indicateurs LOLF, ce travail décrit ces processus de quantification comme le produit de rapports de force entre les différentes administrations ministérielles. Il souligne combien la construction de l’information chiffrée sur le monde peut contribuer à orienter l’action publique, subordonnant ici l’attribution des moyens à la performance des établissements.

Continuer la lecture de « « Les enjeux de quantification dans la LOLF. Le cas de l’enseignement supérieur », avec Mustapha El Miri et Patrick Perez, Revue française de Socio-Économie, 1er semestre 2011, n°7, p. 149-170.  Edité à nouveau dans le numéro Hors-série en lutte de 2020, p. 219-240. »